Conseil Municipal




 18 mars 2021 


  • Sur les crèches : nous sommes de nouveau intervenus pour réclamer l’ouverture d’une crèche municipale. La stratégie de la Mairie en la matière est de déléguer toutes les créations à des organismes privés à but lucratif. Nous pensons que cela ne permet pas de proposer une offre de garde pour l’ensemble des familles. De plus, le plus souvent les crèches municipales ont des exigences supérieures en matière de formation des personnels et de nombre d’enfant par encadrant.

  • Sur le numérique dans les écoles :  La mairie va demander une subvention pour équiper les écoles élémentaires de tableaux interactifs. Notre groupe est ravi d’avoir enfin eu satisfaction sur ce point après avoir insisté à de nombreuses reprises lors des Conseils.

  • Sur le renouvellement du parc automobile de la Ville : la Maire va solliciter une subvention pour acquérir trois véhicules électriques qui viendront remplacer des véhicules anciens. Cette initiative est à l’image de la politique menée par la majorité depuis des années : les avancées sont conditionnées à l’obtention de subvention et de ce fait elles sont peu ambitieuses au regard des moyens financiers dont dispose la Ville.

    D’autant plus que l’argument de ne pas vouloir faire payer les perreuxien.ne.s est fallacieux. En effet, les subventions viennent de l’Etat ou d’autres collectivités, eux-mêmes financés par le contribuable français dont les perreuxien.ne.s font évidemment partis.

  • Notre groupe a porté un point à l’ordre du jour sous la forme d’un vœu afin de demander la création d’un groupe de travail chargé d’élaborer un Plan Climat Communal : la majorité a rejeté cette proposition en arguant qu’elle en faisait déjà assez pour le climat or nous avons démontrer dans notre présentation à quelle point leur politique environnementale est en deçà des urgences climatiques actuelles et à venir. Notre idée était d’élaborer un plan clair et sans formule creuse. Il existe ce type de plan au niveau intercommunal mais dénué de tout effet car trop vague. Par exemple, il contient une « action » libellée ainsi : « lancement d’une réflexion sur l’élaboration d’un plan de déplacement ». Alors que notre plan pourrait sur ce thème proposer des actions concrètes comme : adhésion à Velib métropole pour en déployer sur notre territoire.

    Nous sommes déçus que la logique partisane l’ait emporté sur la raison.

  • Dans les points divers : nous nous sommes alertés des nouveaux horaires de la Poste qui sont les prémices d’une fermeture et de la disparition de la maison de la presse. Il nous semble qu’une politique plus volontariste aurait préempté des locaux qui pourraient être utilisés à des fins culturelles.




 

 17 décembre 2020 


  • Nous avons comme à notre habitude souligné qu’aucune information n’est disponible quant à la destination des logements appartenant à la municipalité

  • Sur le budget : nous avons encore une fois rappelé qu’il est possible d’avoir une gestion saine tout en étant plus volontaire en matière d’investissement. Nous avons réitéré la liste des cruelles carences de la Ville qu’il faudrait au plus vite combler. Pour ne citer que quelques exemples, nous sommes revenus sur la nécessité de créer une maison de santé, une crèche communale, d’équiper les classes en tableaux interactifs, de rendre accessible chaque rue et chaque bâtiment communal, de réimplanter des services publics de proximité, de développer des coulées vertes et jardins communaux, de préempter des logements déjà existant pour faire des logements sociaux sans construire de nouveaux logements….

    Tant de projets que des Communes ayant des moyens bien plus modestes que le Perreux ont déjà mené à bien.

    Il nous a comme d’habitude été répété que nos projets ne sont pas réalisables.

    Nous avons aussi tenu à souligner que ce budget est particulièrement irresponsable face à l’urgence climatique. En effet, il ne prévoit que très peu de fonds consacrés aux enjeux environnementaux alors que notre commune est très en retard. Il faudrait végétaliser les bâtiments communaux et y implanter des panneaux solaires, remplacer massivement la flotte des véhicules municipaux, avoir une politique volontaire en matière de rénovation thermique, servir des repas 100 % bios dans les cantines…

    Les seules maigres avancées concédées par la majorité en matière environnementale sont dues à l’obtention de subvention d’autres collectivités ou de l’Etat. La majorité se refuse en effet à tout investissement personnel en la matière.

    Notre groupe se félicite que la majorité ait prévu dans ce budget l’acquisition d’une mise à l’eau pour la piscine municipale. Ce système qui permet un accès au bassin aux personnes à mobilités réduites a été réclamé sans relâche par notre groupe. C’est une belle victoire pour nous mais surtout pour les perreuxien.ne.s.

  • Sur le marché du Perreux : nous avons renouvelé notre souhait de voir se créer un marché 100% bios aux joncs-marins. La Mairie dispose déjà des infrastructures (au niveau de l’ancien marché) et ce serait l’occasion de relancer le commerce dans ce quartier délaissé économiquement. L’intérêt d’en faire un marché uniquement bio est d’attirer une clientèle différente qui pourrait venir de plus loin pour profiter de ce marché qui serait unique en son genre dans le secteur.

    Il nous a été répondu qu’ils avaient essayé d’en créer un sur les bords de marne sans succès.

    Or, on ne peut pas considérer cette tentative comme comparable. En effet, il est logique qu’une poignée de commerçants installés en plein dans le passage sur les bords de marne n’est pas attiré les foules.

  • Nous avons demandé à la Mairie d’adhérer à Velib Métropole pour déployer des Vélib sur notre Commune. Toutes les communes alentours en ont déjà avec succès.




 

 12 novembre 2020 


  • Nous avons encore demandé à avoir des précisions sur l’utilisation des logements qui appartiennent à la Commune mais sans succès de nouveau.

  • Sur le budget : nous déplorons une fois de plus la politique de rigueur mise en place qui empêche tout investissement, alors même que la Commune dispose de ressources (12 millions en réserve) et que son ratio de désendettement est à 3 (il est possible d’aller jusqu’à 11 et de toujours avoir une gestion qualifiée de saine).

    Pour donner des idées d’investissements notre groupe a fait 6 propositions :

  1. Créer une maison de santé sans reste à charge.

  2. Créer une crèche communale (il y en a actuellement aucune) pour permettre l’accueil de tous les enfants à des tarifs raisonnables.

  3.  Améliorer les performances énergétiques des bâtiments communaux à court terme.

  4. Créer une maison des associations et des aidants comme cela existe à Saint Maur.

  5. Équiper chaque classe de primaire de Tableau Interactif (toutes les classes de Seine Saint Denis en sont équipés contre aucune au Perreux).

  6. Équiper la piscine d’une mise à l’eau pour les personnes handicapées.

    La majorité nous a répondu que nous avions déjà fait ses propositions qui sont irréalisables selon elle.

  • Nous souhaitons une retransmission en direct des Conseils.




 

 24 septembre 2020 


Notre groupe est intervenu notamment sur les points suivants :

  • Sur les baux précaires : nous n’avons toujours aucune information sur la manière dont la Ville attribue les logements qu’elle possède

  • Sur la construction de logements sociaux : si notre groupe se félicite de la création de logements sociaux qui permette de se loger dans notre Commune où les logements sont si chers, nous déplorons que les bâtiments 100 % sociaux soient toujours concentrés dans les mêmes quartiers (ici les joncs-marins), cela nuit à la mixité sociale et enclave des quartiers.




 

 30 juillet 2020 


Principales interventions de notre groupe sur ce Conseil :

  • Sur le tarif trop élevé de la garderie : les tarifs sont deux à trois fois plus élevés que la Ville voisine de Fontenay sous Bois pour une même prestation. De plus, il a été instauré une pénalité de 10 € par ¼ d’heure de retard, une pénalité si exorbitante que notre groupe n’a trouvé aucun équivalent ailleurs malgré des recherches approfondies.

    Ces tarifs sont le résultat de la politique budgétaire de la Ville qui consiste à ne pas dépenser. Le coût du service est donc supporté directement par les familles.

  • Sur les commissions thématiques entre chaque conseil municipal : notre groupe demande à connaître l’ordre du jour accompagné des documents utiles avant les commissions sinon tout travail de préparation est impossible.

  • Sur les travaux menés par le Grand Paris autour de la gare RER E : notre groupe s’est étonné que Madame la Maire en tant de membre du conseil stratégique du Grand Paris n’ait pas connue l’ampleur des expropriations dues à ses travaux comme elle l’affirme.

  • Sur le budget : notre groupe s’est prononcé pour un changement dans la manière de gérer notre Commune. En effet, il est souhaitable d’investir plus pour permettre un accès aux services essentiels pour tous les perreuxien.ne.s. Pour cela, on peut mobiliser les fonds non utilisés les années précédentes mais aussi avoir recours à l’emprunt. Il faut savoir que les taux d’emprunt sont actuellement très faibles voire négatifs (cela signifie que la Commune gagnerait de l’argent en s’endettant à terme). De plus, la loi encadre les emprunts des collectivités de telle manière à ce que les risques soient extrêmement limités.

  • Sur la nouvelle école Germaine Sablon : notre groupe s’est étonné que le projet de construction ne prévoie pas ou très peu d’espaces verts pour les enfants. De plus, le bâtiment en lui-même ne répondra pas aux plus hautes exigences en matière de performance énergétique. Vu les moyens financiers de la Commune (plus de 12 millions d’euros en réserve), on s’attendrait à un projet de meilleure qualité.

    C’est là encore la conséquence de la politique budgétaire de la majorité qui est si rigoureuse qu’elle empêche tout projet ambitieux.